Jeudi

--:-- / --:--
Alamanon
Aucun vote pour le moment
Paroles

Je dis toujours du bien de mes voisines,
car les mots volent
se poussent, s'entraînent et « s'enriment »
dans une fiole,
qu'on verse sur soi comme un crime
dessus son col,
jolie et naturelle note infime
qu'elles nous volent.

Langage disert,
entre nos paliers.
Je joue à leur plaire,
dans les escaliers.

Je dis toujours du bien de mes voisines,
car les mots volent.
Quand la nuit tombe et que l'angine
de par les pôles
menac' la gorg' de Mélusine,
chacun son rôle,
moi j'lui propos' mon gilet bleu marine,
pour ses épaules.

Ambiance d'hiver,
dans votre foyer.
Laisser moi vous faire,
un petit café.

Je dis toujours du bien de mes voisines,
car les mots volent
plus haut là-bas que tout's les cimes
que tous les cols.
Pas besoin d'aller jusqu‘en Chine,
pour une idole,
ni de piller le mond' pour des centimes,
foutu pétrole.

Absence de guerre,
enl'vez vos souliers,
c'est pour la poussière,
je viens d'balayer !

Comptez combien celle qui vous cuisine
et vous cajole,
a dessus sa gorge d'épines,
belle corolle,
si y'en a trop, mieux vaut la Chine
et ses idoles,
si y'en a plus, y'a plus de rime,
vide est la fiole.