Eau chaude

--:-- / --:--
Alamanon
Votre note : Aucun(e) Moyenne des notes : 3.6 (1 vote)
Paroles

Que je vous raconte l’histoir’ d’un voleur,
l’histoir’ d’un furoncle, d’un’ petit’ terreur :
« Qu’a dans sa besace trois arpèges,
toujours sur la face un manège,
et au fond des yeux la magie,
la lumière bleue d’l’énergie !
 
Que je vous raconte l’histoir’ d’une terreur,
qu’a jamais de montre mais qui connaît l’heure :
« Qu’a fait des voyages de partout,
malgré son air moine sans qu’ses g’noux,
tremblent non, jamais, c’est l’principe
de celui qui naît sous l’casse pipe...
 
Que je vous raconte l’histoir’ d’un voleur,
qui fait pas ses comptes, sauf pour le bonheur :
« Qui cherche toujours sa moitié,
sa p’tit’ part d’amour pour s’vanger,
d’avoir un linceul pour copain,
depuis qu’il est seul comme un chien...
 
Que je vous raconte l’histoir’ d’une terreur,
qu’a rangé la honte, mais pas sa douceur :
« Qui fait c’qu’on appelle son petit,
carnet de dentelle dans la vie,
mais toujours avec - grande est l’âme
un bout de latex sur l’sésame !
 
Que je vous raconte l’histoire d’un voleur,
l’histoire d’un furoncle d’une petit’ terreur :
« Qu’a pas ses papiers dans c’pays,
qui veut se marier une jolie
fille pour avoir, l’droit à l’eau
chaude, et puis rouler, à vélo...
 
Que je vous raconte l’histoire d’un voleur,
connaît pas la honte, connaît pas la peur...
Que je vous raconte l’histoir’ d’un voleur,
l’histoir’ d’un furoncle, d’un’ petit’ terreur :
« Qu’a dans sa besace trois arpèges,
toujours sur la face un manège,
et au fond des yeux la magie,
la lumière bleue d’l’énergie !
 
Que je vous raconte l’histoir’ d’une terreur,
qu’a jamais de montre mais qui connaît l’heure :
« Qu’a fait des voyages de partout,
malgré son air moine sans qu’ses g’noux,
tremblent non, jamais, c’est l’principe
de celui qui naît sous l’casse pipe...
 
Que je vous raconte l’histoir’ d’un voleur,
qui fait pas ses comptes, sauf pour le bonheur :
« Qui cherche toujours sa moitié,
sa p’tit’ part d’amour pour s’vanger,
d’avoir un linceul pour copain,
depuis qu’il est seul comme un chien...
 
Que je vous raconte l’histoir’ d’une terreur,
qu’a rangé la honte, mais pas sa douceur :
« Qui fait c’qu’on appelle son petit,
carnet de dentelle dans la vie,
mais toujours avec - grande est l’âme
un bout de latex sur l’sésame !
 
Que je vous raconte l’histoire d’un voleur,
l’histoire d’un furoncle d’une petit’ terreur :
« Qu’a pas ses papiers dans c’pays,
qui veut se marier une jolie
fille pour avoir, l’droit à l’eau
chaude, et puis rouler, à vélo...
 
Que je vous raconte l’histoire d’un voleur,
connaît pas la honte, connaît pas la peur...